Première fois, première peinture, premiers pas…

Je choisis de travailler dans l’instant et de me laisser porter sans savoir où je vais. c’est un aspect très important comme une nouvelle façon de percevoir ma capacité à écouter, et faire, sans vouloir faire.

Je sors mes affaires, je m’étale, certaines couleurs m’attirent, des papiers d’or que j’avais achetés en Thaïlande s’offrent à moi…. je mélange, j’imbibe, je colore, je colle, je superpose… il est tard. je laisse sécher le fond.

Le lendemain ce résultat ne me parle pas; quelque chose ne convient pas. trop lourd, trop compliqué… je vois l’arrière de la toile et je le trouve si beau… j’ai envie de déclouer la toile et la retourner… je découvre que les couches de papiers collées s’en vont d’elles-mêmes… j’enlève tout cela et je me retrouve face à un fond d’empreinte coloré si inspirant qu’il m’emporte immédiatement dans une sorte d’observation méditative.

Je vois un oiseau… et j’ai beau regarder tout autour, je ne vois que cet oiseau… j’hésite, puis je me lance je le dessine et le mets en valeur… et là, la magie opère… au fur et mesure que je promène mon regard et mon fusain sur cette toile, je découvre d’autres créatures, d’autres formes, les unes après les autres…

Je suis étonnée car je ne dessine jamais d’animaux par moi-même… je commence à me dire que je suis sur la bonne voie parce que hors zone de confort, je ne dicte pas ce que je fais, j ‘écoute, j’observe , je ressens et … je ne sais vraiment pas où je vais… et ça, c’est une sensation toute nouvelle pour moi… je lâche prise. Sensation de liberté merveilleuse, de nouveauté, je pars à l’aventure dans l’espace de cette peinture….

Le lendemain et les jours suivants, je vais observer ce tableau et découvrir encore une autre lecture. une lecture de spectatrice, trouver beaucoup de symboles, de messages, et de choses liées à ma vie personnelle, à mon chemin, à des questions que j’ai, à des rêves… je suis étonnée. et ravie. Ces formes ne sont pas là par hasard

Je remercie la vie.