Ouuuuffffff….

Il y a eu d’abord la couleur et comme par hasard celle-ci a eu besoin de matière… à l’encre est venue se rajouter de la gouache, en pâte, un travail au couteau, une gestuelle rageuse et nerveuse, comme un besoin urgent d’exulter quelque chose… la feuille de papier a tenu le coup malgré l’envie sans doute d’en venir aux mains et de déchirer, froisser… etc

Le dessin parle de lui même: il y a beaucoup de détails, beaucoup de formes et beaucoup de mouvement. Ni haut ni bas, aucune direction, tout semble emporté dans une tornade dans un chaos général.

Quand on regarde de plus près on trouve principalement de nombreux dragons et beaucoup d’oiseaux de toutes sortes. Des femmes au prise avec le vent de la tourmente, des papillons de nuit, une tornade qui devient coiffe, quelques personnages secrets et voilés un démon tirant la langue… et Ô merveille au cœur de tout cela quelques guides présents de leur lumière….

On peut entendre le vent souffler avec vigueur, les oiseaux crier, les sabots du cheval au galop, les cris et mouvements d’air des dragons…

Ce tableau est un instantané de l’état énergétique, mental et émotionnel dans lequel je me trouvais au moment de sa réalisation. Il y a des événements dans la vie qui nous poussent dans nos retranchements émotionnels, touchent nos peurs , réveillent des colères que nous ne pensions pas avoir. Et parce que je faisais face à une tempête intérieure, mes dragons se sont réveillés, mon esprit était rempli de colère, de rage, il y avait de la confusion, des questions…

Et si tout est juste alors ces instants de « tempête » sont des cadeaux de la vie, des portes d’entrée vers… pour nous permettre d’avancer, de nous ouvrir, de grandir, d’apprendre et de comprendre… le dessin suivant: « Cœurs célestes: l’apaisement » réalisé quasi simultanément montre l’état de paix qui a suivi ce moment de tourmente.

Et pour être tout à fait juste, le chaos et l’amour étaient simultanés et non pas séparés. L’amour et la guidance ont toujours été présents même au cœur du chaos, mais parfois les dragons et les oiseaux sont plus nombreux ou plus bruyants que les guides: parce qu’on se perd dans les méandres de notre esprit, de nos émotions et de nos peurs.

Les tempêtes sont là: il est possible et souvent nécessaire de s’abandonner et de plonger au cœur d’elles, mais sans oublier de regarder ces point dorés et lumineux qui continuent de nous guider et d’être présents.

Nous ne sommes jamais seuls, et tout se transforme en permanence. Il ne tient qu’à nous de rester au cœur de l’ouragan, ou de le transformer et d’en sortir.